HPI: des ressources peu ordinaires

En 2021, la série HPI (l’abréviation de « haut potentiel intellectuel »), diffusée sur TF1, a réuni près de 10 millions de téléspectateurs dès le premier épisode. L’actrice Audrey Fleurot y incarne Morgane Alvaro, une surdouée mère de trois enfants au profil atypique. Elle joue le rôle d’une femme de ménage qui devient consultante pour la police en raison de sa vivacité d’esprit qui l’aide à résoudre des affaires complexes. Dès le premier épisode, le ton est donné : le QI de Morgane est annoncé à 160. Un chiffre impressionnant qu’atteignent peu de « surdoués » ou de « zèbres », comme on les appelle parfois dans la littérature populaire sur ce sujet. En fait, un QI de 130 aurait suffi à la déclarer surdouée ! En cela, la série HPI ne se démarque pas d’autres fictions qui ont décliné le sujet : le QI annoncé est souvent extrême, comme s’il fallait rendre le trait encore plus saillant – s’éloignant d’autant plus des surdoués « ordinaires », que vous avez croisés sans le savoir à l’école (il y en a environ un par classe en moyenne) ou ailleurs, et qui ne se faisaient pas tant remarquer. […]

 

Lire l’article complet sur : cerveauetpsycho.fr

Share This