Enfants surdoués à l’école

Le haut potentiel intellectuel est, dans certains pays du monde, une notion encore mal connue des systèmes éducatifs. C’est le cas de l’Ontario, province canadienne, dont nous allons parler aujourd’hui. Dans article récent diffusé par ONFR+, des parents d’enfants à haut potentiels et des professionnels nous expliquent la situation du système éducatif en Ontario à l’heure actuelle.

Précisons avant tout que, le Canada étant habité à la fois par des francophones et des anglophones, il existe différentes écoles selon le langage principal choisi par les parents. Nous avons déjà parlé du système éducatif québécois, aussi parlerons-nous aujourd’hui de l’Ontario, autre province canadienne partiellement francophone où, toutes langues confondues, plus de 2200 élèves seraient concernés par le haut potentiel intellectuel. Ceux-ci ont des besoins particuliers qui vont au-delà de ce que certains enseignants s’imaginent. Carole Fleuret, professeure titulaire à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa, précise sa pensée :

Attention, il ne faut pas confondre précocité intellectuelle et facilité. Ces enfants ont un décalage entre leur façon d’analyser et de voir le monde sur le plan de l’intelligence cognitive et le niveau affectif qui, lui, est de leur âge.

De même, leur donner plus de travail parce qu’ils finissent leurs exercices plus vite que les autres ne présente absolument aucun intérêt si le sujet abordé est identique à celui déjà vu auparavant. Il est nécessaire d’approfondir les notions, de permettre à l’enfant surdoué d’aller plus loin dans l’apprentissage d’un domaine qu’il a compris, faute de quoi il sombrera dans l’ennui. Jugeant les exercices qu’on lui propose superflus, puisqu’il sait déjà les faire, il cherchera à s’occuper autrement, ce qui renvoie de lui l’image d’un enfant rêveur, dissipé ou au contraire agité voire hyperactif.

Pour les canadiens francophones, la solution peut alors être d’envoyer leurs enfants à haut potentiel dans des écoles anglophones qui, semble-t-il, parviennent mieux à prendre en compte les besoins des surdoués. Celles-ci procèdent en effet à un test systématique dès la troisième année afin de mettre en place un programme adapté l’année suivante voire placer l’enfant dans une classe uniquement composée de surdoués.

Cette solution de classes regroupant les « précoces » est, d’après la professeure Fleuret, meilleure que celle qui consiste à faire sauter une classe et est même qualifiée d’idéale par l’Universitaire, car elle prend en considération l’élément relationnel et socialisant de l’enfant.

Outre le fait de pouvoir avancer à leur rythme, progresser dans les apprentissages et éviter ainsi l’ennui, cet aménagement permet aux enfants à haut potentiel de…

 

Lire l’article complet sur enfantsprecosses.info

L’hypersensibilité, une notion en vogue ?

HSP ( highly sensitive persons), qui désignent autrement dit celles et ceux que l’on qualifie désormais d’hypersensibles. L’hypersensibilité fait l’objet de nombreux articles et livres depuis quelques temps. Que recouvre précisément cette notion ?

« Êtes-vous hypersensible ? », « Faire de son hypersensibilité un atout », « L’émotion augmentée, la force insoupçonnée des hypersensibles », « Vivre avec l’hypersensibilité »… Articles et livres consacrés à l’hypersensibilité font florès. Depuis 2019, l’hypersensibilité a même sa journée nationale, le 13 janvier de chaque année.

Mais quelle réalité recouvre cette notion ? L’hypersensibilité est-elle caractérisée, scientifiquement documentée ?

Guillaume Erner reçoit Antoine Pelissolo, psychiatre, chef de service au CHU Henri-Mondor de Créteil, notamment co-auteur avec Célie Massini du livre Les émotions du dérèglement climatique, ed. Flammarion.

Vous pouvez écouter l’interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

 

Découvrez l’article et le replay de l’émission France culture du 27/10/2021 ICI

Le point sur le haut potentiel intellectuel

…en une émission

Y a-t-il plus d’enfants et d’adultes à haut potentiel de nos jours, ou n’est-ce dû qu’à une meilleure prise en compte et à des capacités de détection plus importante ? Au-delà de cette question prétexte, l’émission Grand bien vous fasse sur France Inter a abordé de nombreux sujets durant une petite heure :

  • Les difficultés couramment associées au haut potentiel intellectuel telles que l’échec scolaire, l’inadaptation sociale ou relationnelle, l’instabilité émotionnelle et les troubles dys sont-elles des idées reçues ?
  • Qu’est-ce que l’intelligence ? Peut-on la définir ?
  • Les enfants à haut potentiel ont-ils un sens de l’humour plus développé ?
  • Comment expliquer que de plus en plus de parents souhaitent faire passer un test de QI à leurs enfants ? Est-ce plus par curiosité, par vanité ou par inquiétude ?
  • Quels sont les tests les plus utilisés et comment sont-ils conçus ?
  • Quelles capacités évaluent-ils ?
  • Est-on testé de la même manière quel que soit son âge ?
  • Qui sont les “charlatans” des tests de QI ?

Pour répondre à ces questions et aux témoignages et interrogations des auditeurs, trois invités étaient présents :

Jérôme Pellissier, écrivain, psycho-sociologue, docteur en psychologie, chercheur en gérontologie et psychothérapeute.

Nicolas Gauvrit, Psychologue et mathématicien français spécialisé en sciences cognitives, enseignant en mathématiques à l’ESPE Lille-Nord-de-France et membre institutionnel du laboratoire universitaire « Cognitions humaine et artificielle ».

Nathalie Clobert : philosophe, psychologue clinicienne, formatrice et hypnothérapeute.

 

Retrouver l’article original sur enfantsprecoces.info

Comment mettre des limites aux enfants hypersensibles

Les enfants hypersensibles ont des sentiments plus profonds que les autres. C’est pourquoi leur mettre des limites peut parfois devenir un défi pour les parents. Vous en saurez un peu plus dans cet article.

enfants-hypersensibles

Éduquer et mettre des limites aux enfants n’a jamais été facile. En outre, pour les parents d’enfants hypersensibles, cela peut être particulièrement difficile. Il est important que les parents connaissent quelques conseils pour réussir à éduquer leurs enfants, même s’ils sont très sensibles et émotionnels.

Être parent est l’une des choses les plus gratifiantes au monde. Ainsi, tous ceux qui ont le privilège d’être parents sont vraiment des personnes chanceuses. Cependant, ce n’est pas toujours facile. En général, les emplois les plus gratifiants s’accompagnent d’un travail intense.

C’est grâce à ce travail ardu que nous évoluons en tant que parents et individus. Ainsi, de temps en temps, nous sommes récompensés par ces moments qui nous arrêtent dans notre course, qui s’emparent de notre cœur et nous assurent que ce que nous faisons est bien.

Ce travail peut être encore plus difficile pour les parents d’un enfant hypersensible ou très émotionnel.

Qui sont ces enfants hypersensibles ?

Un enfant hypersensible est conscient de sa sensibilité et réagit rapidement. Il ressent les choses à un niveau plus profond. Ces enfants sont incroyablement empathiques et perceptifs par rapport à leur environnement et à la façon dont ils se déplacent dans l’espace.

[…] Retrouver la suite de l’article sur etreparents.com

Êtes-vous sapiosexuel ?

Comment l’informatique nous incite à tout nommer

L’informatique nous incite-t-elle à tout nommer ? C’est un trait d’époque : les sapiosexuels sont des gens qui sont avant tout intéressés sexuellement par le savoir et l’intelligence, au-delà de tout autre critère ; une catégorie suscitée par l’obsession du nommage propre aux sites Web.

Il y a quelques mois, alors que je déjeunais avec une amie, elle glissait au sujet d’une relation commune, dont nous commentions la vie amoureuse : “lui, c’est un sapiosexuel typique”. “Un quoi lui dis-je interloqué par ce terme étrange. “Ben un sapiosexuel, me dit-elle sur le ton de l’évidence. Tu ne connais pas les sapiosexuels ?” Non, je ne connaissais pas.

Bien sûr, mes 10 ans de latin m’ont permis immédiatement d’en déduire par l’étymologie qu’il devait s’agir de gens qui avaient des relations sexuelles avec des homosapiens, mais bon, c’est un trait caractéristique qui rassemble, autant que je le sache, une bonne partie de l’humanité. Et là, mon amie me donne la définition, m’explique que les sapiosexuels (ou sapiosexuelles) sont des personnes qui sont avant tout intéressés sexuellement par le savoir et l’intelligence, au-delà de tout autre critère.

“Bon, ce sont des gens normaux quoi”, lui ai-je répondu d’un air désinvolte. Alors, qu’évidemment, je pensais tout le contraire, tant une manière de sourire, de danser, peuvent l’emporter sur le savoir quand il s’agit de “faire de la gym sous la douche”.

Classement des orientations sexuelles sur les sites de rencontre

D’où vient ce terme de “sapiosexuel” ? Un article de Vice magazine, nous apprenait récemment que sa création était revendiquée par un certain Wolfieboy (il l’aurait forgé en 1998). Mais c’est une origine non certifiée. En revanche, on peut dater sa popularisation à son entrée dans le classement des orientations sexuelles du site de rencontre Ok Cupid.

 

[…] Retrouver l’article complet sur franceculture.fr

Les HPI sont un défi pour notre éducation

On est passé vis à vis des hauts potentiels intellectuels du déni – voire de la réprobation – à une fascination et à l’émergence d’un fait de société, nous explique Jacques Grégoire, professeur à l’université catholique de louvain er spécialiste du diagnostic de l’intelligence et des troubles de l’apprentissage.

HPI-accompagner-enfants-surdoues

6 conseils indispensables pour accompagner un enfant surdoué

Votre enfant défi votre autorité, demande plus de liberté et transgresse les interdits ? Pas de panique vous avez sûrement affaire à un enfant surdoué.

À votre époque, on vous a appris à obéir à l’autorité : « c’était comme çà et pas autrement ». Or cette méthode ne semble pas fonctionner avec votre enfant qui transgresse vos interdits, défit les lois de l’autorité et n’en fait qu’à sa tête! Les enfants surdoués sont nos Maîtres, vos Maîtres. J’en ai eu 3, et chacun à leur manière à contribuer à faire de moi la thérapeute que je suis. Voici 6 conseils d’une maman de surdoués à des parents qui sont souvent en perte de repères pour mieux comprendre et mieux accompagner vos enfants.

Voici une nouvelle vision de l’éducation qui va en chambouler plus d’un(e) et pourtant qui est la clé de l’éducation avec un / une surdouée

« Vos enfants ne sont pas vos enfants. Ils sont fils et filles du désir de Vie en lui-même. Ils viennent par vous mais non de vous, et bien qu’ils soient avec vous, ce n’est pas à vous qu’ils appartiennent. Vous pouvez leur donner votre amour mais non vos pensées, car ils ont leurs propres pensées. Vous pouvez loger leur corps mais non leurs âmes, car leurs âmes habitent la demeure de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves. Vous pouvez vous efforcer de leur ressembler, mais n’essayez pas qu’ils vous ressemblent. »Khalil Gibran

1 -Une question de vision

Du temps de mes parents, pas question de s’opposer à l’autorité. Il suffit de regarder les films pour voir le modèle prédominant. Les enfants ont été considérés jusqu’à il y a encore pas si longtemps comme des objets à formater. Des êtres sans intelligence et sans morale, des espère de bêtes sauvages dont la mission parentale consisterait à les éduquer pour les adapter à la société. L’autre mission des parents consistaient jusqu’à présent à garantir la réussite de leur enfant. En présupposant que la réussite sociale et économique garantit le bonheur.

Après avoir éduqué 3 enfants surdoués et avoir accompagné de nombreux enfants surdoués, je sais que cette vision est aujourd’hui dépassée, erronée. Les enfants surdoués sont plus intelligents que leur parents car ils sont dotés d’une intelligence émotionnelle et relationnelle bien plus évoluée. Comme je l’explique à mes jeunes clients, c’est comme comparer un dauphin qui a évolué en milieu naturel et un dauphin qui a été dressé dans un parc aquatique. C’est la même espèce mais bien plus évoluée car celui qui a vécu en milieu naturel a fait SES EXPERIENCES et ne s’est pas limités aux notions de bien et mal imposées par ses dresseurs.

 

[…] Retrouver l’article complet sur cerveauetpsycho.fr