La série HPI, les raisons d’un succès populaire

Alors que la série HPI sur TF1 bat des records d’audience, Signes des temps évoque ce succès populaire. En matière de représentation féminine, de quoi le personnage de Morgane Alvaro est-il le nom ?

Plus fort que Le Jeu de la dame, le premier épisode de HIP, diffusé le 30 avril dernier, a rassemblé 9,8 millions de téléspectateurs et le deuxième, une semaine plus tard, plus de 10 millions. A ce gain d’audience exceptionnel, il a vite fallu ajouter les visionnages en replay et à la demande sur la plateforme payante Salto, où la série avait été proposée en avant-première dès mi-avril. L’addition a permis à la série de passer largement la barre des 11 millions de téléspectateurs. En matière de fiction, seul un épisode de Joséphine, ange gardien avec Mimie Mathy avait fait un score à peu près comparable, au milieu des années 2000.

Joué par Audrey Fleurot, le personnage de Morgane Alvaro, femme de ménage marginale, gouailleuse, écolo, surdouée, qui a jeté des cocktails Molotov à la tête des flics dans sa jeunesse, mais résout les enquêtes à leur place aujourd’hui, tout en élevant seule ses trois enfants et en payant ses factures, fait les beaux jours de TF1. Tandis que dans les coulisses, consigne est désormais passée à France 2, France 3, Canal et les autres chaînes de « faire du HPI« . Faut-il se réjouir ou se désoler de cette nouvelle venue dans la culture de masse ? Dans la France post #MeToo et post-confinement, en matière de représentation féminine, notamment, de quoi Morgane Alvaro est-elle le nom ?

 

Écouter cet épisode sur : France Culture

Share This