Quand l’intelligence élevée fragilise la construction de l’identité

Comment grandit-on quand on est surdoué ?

Par Jeanne Siaud-Facchin

Le sujet des enfants surdoués peut apparaître comme un sujet à la mode. L’effet peut loupe apparaître et parfois déformant de la médiatisation peut laisser croire qu’il s’agit d’une population « champignon », fabriquée par des parents en quête d’autosatisfaction ou par des psys fascinés par ces « super-cerveaux ».

La réalité est bien différente et paradoxalement toujours bien méconnue, loin de son image fantasmée. Les enfants surdoués ont un parcours scolaire souvent très chaotique, sont psychologiquement vulnérables, ont des repères narcissiques flous, souffrent toujours d’une conscience douloureuse du monde. Selon la personnalité de chacun ils sauront plus ou moins développer des défenses et des ressources pour transformer leur particularité en atout, en projet de vie réussie. Mais pour certains, au développement marqué par des difficultés affectives multiples, les troubles psychologiques se manifesteront sous des formes plus ou moins sévères. Pour ceux-là, les décompensations psychologiques à l’adolescence sont fréquentes avec des tableaux cliniques atypiques et des prises en charge difficiles.

Les difficultés seront plus ou moins marquées selon que l’enfant a été ou non dépisté, et selon l’âge auquel a été posé le diagnostic. Lorsque l’enfant grandit sans savoir qui il est vraiment les risques de troubles psychologiques deviennent réellement menaçants.

Retrouver l’article complet sur :  www.cairn.info

Share This